Tests Lecteurs

Contrib’ : Test – Heart of Darkness [PS1]


heart-of-darkness-1Heart of Darkness est très certainement un jeu de plateforme connu et apprécié par un public de connaisseurs mais totalement oublié par la masse des joueurs. En même temps, la plateforme est passée de mode et en dehors de quelques rares exceptions, telles que la licence Mario, la plupart des jeux de plateforme subissent l’humiliation de l’échec commercial. Heart of Darkness a donc peu de chance de connaître une seconde jeunesse, même aujourd’hui à l’heure où les éditeurs aiment faire du neuf avec du vieux. Pourtant, le joueur éclairé se tournera vers Heart of Darkness pour son esthétique et ses mécaniques de jeux résolument old-school et dépaysantes. Si Heart of Darkness à sa sortie n’a pas forcément été, à juste titre, considéré comme une révolution, il est aujourd’hui un must-have pour tous les amateurs d’expériences immersives et intransigeantes.

Heart of Darkness est en effet un jeu old-school jusqu’au bout des ongles, à commencer par son scénario et son character design. Le héros est un enfant habillé comme un boy scout qui part à l’aventure dans un monde démoniaque en utilisant un vaisseau qu’il a lui-même construit pour aller y chercher son chien qui s’est fait enlever par un monstre étrange. Vous le sentez le scénario bien 90’s ? Ce qui est drôle, c’est que ce genre d’histoire était jugée générique à l’époque de sa sortie, mais aujourd’hui elle dégage une aura qui touche la nostalgie des joueurs. A croire que certains jeux sont voués à être appréciés plusieurs années après. Quoi qu’il en soit, Heart of Darkness a donc un scénario simple et efficace qui saura vous charmer pour peu que vous ayez gardé une âme d’enfant. Ses personnages rigolos et ses cinématiques bourrées d’humour cohabitent avec une atmosphère plus noire et angoissante qui s’apparente à un cauchemar sans fin et vertigineux où une menace abstraite nous poursuit sans relâche.

heart-of-darknessParadoxalement, Heart of Darkness n’est pas un jeu réservé aux graines de joueurs. Il propose un challenge relativement élevé et demande une bonne dextérité au pad ou au clavier. La première difficulté que l’on rencontre dans le jeu est bien entendu la menace ennemie. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Heart of Darkness ne fait pas comme la plupart des jeux de plateforme : au lieu de placer stratégiquement les ennemis afin d’obliger le joueur à connaître leur position pour mieux les éviter ou les éliminer, il préfère envoyer des nuées de monstres gluants que l’on doit impérativement repousser avec notre arme ou nos pouvoirs sous peine de se faire dévorer séance tenante. Bon, évidemment, on a aussi droit aux ennemis bien placés pile au mauvais endroit, histoire que le joueur se fasse bouffer au moins une fois et le renvoyer au dernier checkpoint. C’est un jeu de plateforme après tout.

Mais ça n’a pas l’air bien difficile me direz-vous. Détrompez-vous, Heart of Darkness fait tout pour vous compliquer la tâche ! Il fait partie de ces jeux qui demandent de la concentration et de la précision. Un pas de trop, un saut raté, un tir mal placé et vous êtes mort. Certains passages vont vous donner des sueurs froides tant votre vie ne tient qu’à un fil. Les séquences de combat sont assez ardues à cause du nombre conséquent d’ennemis présents à l’écran, de leur résistance à nos tirs et surtout au caractère imprévisible de leurs actions. En effet, ils sont très mobiles et on tendance à faire nawak. Il nous courent dessus, pendant que d’autres restent en retrait, alors que certains se rapprochent sournoisement de nous en rampant ou en volant. Il faut avoir les yeux partout et ne jamais rater sa cible sous peine de se faire submerger par la horde de monstres qui peuvent tous nous one shot. Il en est de même pour les séquences typiques des jeux de plateforme qui se déroulent contre une paroi qu’il faut escalader. Ici les ennemis sont encore plus dangereux, notamment les araignées qui arrivent toujours à se placer dans l’angle mort de nos tirs. C’est assez frustrant et c’est une des raisons qui m’empêche d’encenser Heart of Darkness.

59922Pour rappel, le gameplay exige du sang-froid, de la rigueur, de l’observation et de la précision. Or, j’ai l’impression que beaucoup d’éléments viennent court-circuiter le plaisir de jeu en empêchant le joueur de profiter pleinement du gameplay. En clair, le jeu exige de la précision, alors que la maniabilité ne l’est pas. Le cahier des charges commence avec les animations du héros. Alors oui, elles sont très belles et détaillées, ça il n’y a aucun problème. Malheureusement, elles sont trop longues et souvent, alors que l’on a lâché le bouton de sprint, notre personnage continue de courir jusqu’à ce que l’animation se termine, ce qui peut conduire à des chutes hautement agaçantes. D’autant que le jeu est souvent avare en checkpoints et qu’il faut recommencer certains passages crispants depuis le début à chaque game over. De plus, les temps de chargements sont trop présents et deviennent carrément irritants puisqu’il y en a un après chaque mort. On passe donc beaucoup de temps à attendre devant l’écran de chargement à ruminer notre haine envers les développeurs pas foutus de mettre des checkpoints au bon endroit.

Bon, comme je n’aime pas m’acharner sur les jeux que je teste, je terminerai ce lynchage en vous parlant du comportement des ennemis. Je veux bien qu’il soit un peu aléatoire, pour mettre un peu la pression au joueur, mais parfois c’est un peu exagéré (notamment quand on tombe sur des ennemis qui nous balancent des projectiles à distance). Je parlais tout à l’heure des araignée, eh bien figurez-vous qu’il n’y a aucune technique particulière pour en venir à bout. Elles évitent vos tirs, mais de temps en temps, elles n’y arrivent pas. C’est totalement random ! Pas très pertinent, ludiquement parlant, et complètement injuste ! En parlant d’injustice, les phases de plateforme aussi arrivent à devenir tendues. Il arrive que les plateformes deviennent trop abstraites, pas assez bien délimitées, ce qui conduit inévitablement à des chutes, une fois encore, un peu injustes. Et en plus, les collisions sont parfois un peu douteuses, assez imprécises, ce qui n’arrange rien…

heart-of-darkness-3Mais vous savez quoi ? On s’en fout ! Heart of Darkness est un bon jeu de plateforme comme on n’en fait plus. Il plonge le joueur dans une ambiance terrifiante qui arrive vraiment à fonctionner grâce à sa difficulté qui maintient le joueur dans un état de stress constant. Le plus fort, c’est qu’il parvient à donner une cohésion artistique aux divers environnements alors qu’il sont tous radicalement différents. On passe par des montagnes, des grottes, des marais, des forêts, etc.. Des environnements certes classiques, mais qui ont bénéficié d’une direction artistique de qualité qui leur donne une identité fortement marquée. La faune et la flore sont fascinantes et chaque tableau fourmille de détails. On en prend plein les yeux et on prend plaisir à explorer ces terres inconnues, à la fois hostiles mais terriblement attirantes. Dans Heart of Darkness, l’atmosphère a une importance de premier plan et ça fait rudement plaisir dans un jeu de plateforme 2D.

Le verdict de Maki

Vote final

Alors, que penser de ce Heart of Darkness ? Sincèrement, j'ai un peu de la peine pour ce jeu qui aurait pu être bien meilleur si le gameplay n'avait pas été mis en pièce par de graves défauts. Si la maniabilité et le level-design avaient été plus précis, le jeu aurait pu concurrencer les ténors du genre de l'époque, comme l'Odyssée d'Abe. Malheureusement, il n'en a pas été ainsi et Heart of Darkness ne bénéficie pas de la même popularité auprès des chasseurs de classiques rétros que d'autres plateformers au gameplay parfait (qui a dit Rayman ?). Néanmoins, si jamais vous êtes tenté d'y jouer ou si vous le trouvez en magasin, n'hésitez pas et foncez, vous ne serez certainement pas déçu tant il offre une expérience palpitante et stimulante. Dans tous les cas, je peux vous garantir qu'il ne laisse pas indifférent.

Note finale 75% Très bon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.