# By GL : Sports - Vidéos - Divertir - Play - Soci@l - Music

Football Manager 2005, le test

3 mois 23

Autant les années précédentes l’amateur des jeux de gestion de club de foot n’avait pas 36 solutions pour s’adonner à sa passion, autant cette année il n’a que l’embarras du choix. Jugez plutôt : l’Entraîneur 5, LFP Manager, Roger Lemerre, Professional Manager et enfin… Football Manager 2005 de Sports Interactive et Sega. Sauront-ils tirer leur épingle du jeu ? C’est bien parti…


Mais tout d’abord, petite précision. La référence en matière de management de club de football revenait jusqu’ici à Championship Manager alias l’Entraîneur en français, une série qui depuis 10 ans, était développée par Sports Interactive (SI) et éditée par Eidos. Or, il y’a un peu plus d’un an, ces deux sociétés mirent un terme à leur partenariat avec un partage des propriétés intellectuelles qui se fit comme suit : le nom ‘l’Entraîneur’ restait chez Eidos tandis que SI gardait cette formidable base de donnée et les codes sources du jeu, autant dire l’essentiel aux yeux des fans. C’est donc sous un nouveau nom et avec un nouvel éditeur, Sega, que SI nous délivre aujourd’hui Football Manager 2005.


Eidos, toujours détenteur de la marque, sortira bien son Entraîneur 5 en début d’année, mais celui-ci soyons clair, ne ressemblera en rien aux opus précédents puisqu’il devra être développé de A à Z par une boîte relativement inconnue et peu expérimentée…berk. Non, la vraie suite des CM que les fans vénéraient est bien FM 2005. C’est donc sans surprise et avec un certain bonheur que l’on retrouvera cette base de donnée phénoménale. Les concurrents de FM 2005 font d’ores et déjà pâle figure face aux quelques 3000 équipes et près de 200 divisions réparties dans une cinquantaine de ligues, soit précisément 247 518 joueurs, tous dotés de dizaines d’attributs ! Enrichie depuis des années par les précieux 2500 collaborateurs postés aux quatre coins du monde, la base de donnée a été évidemment mise à jour comprenant tous les derniers transferts de joueurs et de staff, les fanas du ballon rond apprécieront.


Mais parlons peu parlons bien. Vous commencez toujours la partie en choisissant votre pays, votre ligue (en France, vous pouvez jouer en national, en ligue 2 et en ligue 1) et la taille de la base de donnée que vous souhaitée. Vous pouvez bien entendu suivre les championnats étrangers tout en jouant dans votre pays, mais prévoyez un livre ou la télé à côté pour vous occuper pendant les temps de chargements qui peuvent atteindre plusieurs minutes. Mais si vous vous contentez de jouer en France sur 3 ligues, c’est acceptable. D’autant plus acceptable que lors de certains chargements annoncés comme longs (lorsque le jeu simulera tous les matchs du 8ème tour de la coupe de France par exemple, avec plus de 60 équipes), vous pourrez passer les matchs en ‘tâches de fond’ et ainsi peaufiner pendant ce temps-là vos offres de transfert, vos entraînements, vos tactiques, etc…


La nouveauté la plus notable reste avant tout la refonte totale des menus. Les critiques ont souvent décriés dans les versions précédentes l’austérité de l’interface, mais cette fois, un réel effort a été fait pour allier exhaustivité des menus et lisibilité. Beaucoup plus agréable, plus intuitive, la navigation s’y fait plus rapide. Certes, il faudra un petit temps d’adaptation pour s’habituer, mais au fil du temps, on se rendra vite compte qu’on y est plus à l’aise.


Ensuite, on pense tout de suite au moteur des matchs. Là aussi, les détracteurs pourront dire que la représentation des matchs est toute pourrite avec sa 2D moyenâgeuse et ses petits pions pour symboliser les joueurs. Mais sachez, bande de couillons, que la simulation des matchs dans FM 2005 est assurément la plus réaliste de toutes. Une vue en 3D ne permettrait de focaliser la caméra que sur un seul joueur, ou du moins, sur une partie du terrain. Mais avec la vue du haut en 2D, vous avez une vision d’ensemble sur vos joueurs et leurs déplacements, et donc, sur votre tactique. Et le moindre changement dans cette dernière se répercute immédiatement sur le terrain. On notera aussi que les joueurs talentueux se démarquent très vite de joueurs plus faibles de par leurs performances, chose qui était assez difficile à percevoir dans les opus antérieurs. On les verra fréquemment dribbler et passer deux voire trois joueurs pour aller planter un magnifique but.


Les médias sont également beaucoup plus présents. Ils viendront vous poser des questions, quant à vos chances dans le championnat ou suite à de graves blessures de joueurs (‘allez-vous pouvoir le remplacer et faire face ?’ par exemple). Mais surtout, vous pouvez maintenant vous servir de la presse pour mener une guerre des nerfs avec vos rivaux. Faire savoir que vous n’appréciez pas un tel ou au contraire que vous l’admirez seront monnaie courante dans FM 2005. Et chaque commentaire que vous ferez produira une réaction chez certains de vos joueurs. Ils pourront penser que vous n’êtes pas très pro si vous insultez à tout va José Anigo (au hasard) ou seront décidés à faire mentir un entraîneur qui aura eu le malheur de dire que n’aviez pas assez de ressources pour terminer premier. Mesurez donc vos propos.


Une des nouveautés attendues également était la présence nouvelle de photos sur les fiches des joueurs. A mon grand dam, je me suis aperçu que peu d’entre eux en était pourvu, vraisemblablement pour des histoires de licences. En parlant de ça, et pour aborder ce qu’on pourrait appeler le principal défaut du jeu, des licences il en manque quelques-unes. Contrairement aux championnats italiens, espagnols ou encore néerlandais, vous n’aurez aucun écussons, aucune photo et ni les vrais noms des clubs en jouant en France. Rien de dramatique, je vous rassure, le Paris Saint Germain s’appelle ‘Paris’, l’AS Monaco s’appelle ‘Monaco’, etc. Même cas de figure pour la Ligue des Champions ou la Coupe UEFA qui se dénomment respectivement Coupe des Champions et Coupe EURO…Je vous l’avais dit, rien de bien méchant.


Côté nouveauté, comptez aussi sur des entraînements et des tactiques plus simples à élaborer, des offres de transferts et de prêts beaucoup plus complètes, des filtres plus détaillées pour rechercher la perle rare, un centre pour l’emploi pour trouver rapidement le préparateur ou l’adjoint qu’il vous faut…bref, la liste des nouveautés et des améliorations apportées dans tous les domaines est encore diaboliquement longue. Je vous laisse donc volontiers le plaisir de les découvrir par vous-mêmes.

FM 2005 n’est pas une révolution extraordinaire en soi, mais entre nous, était-elle nécessaire ? La réponse est non. En tenant compte de toutes les améliorations, du parrainage de Didier Deschamps, du très faible nombre de bugs par rapport à CM 4, du réalisme ultra poussé, de cette base de donnée gargantuesque et j’en passe, vous obtenez toujours la simulation de club de foot la plus réussie et la plus aboutie à ce jour, en attendant FM 2006…


Réalisation :

7.5

Jouabilité :

8

Intérêt :

9

- Le réalisme à toute épreuve
- La base de donnée
- Les nouveautés appréciables
- La référence en la matière
LES MOINS
- Les sons inexistants (le public lors des matchs simplement)
- Les temps de chargement parfois longs

Posté le 18/11/2004
par Babos

Source du contenu